Trier par : Cordoue ville

Patios de Cordoue : histoires, traditions et secrets

La fête des Patios de Córdoba est une coutume historique de la ville andalouse de Cordoue.
« Patio » signifie « cour » en français et se réfère aux cours privées cachées derrière les murs et les portes des maisons de la ville. Ces patios ont une vie intéressante et font partie intégrante de la riche histoire de Cordoue.

Ils ont été construits, à l'origine, pour fournir un abri contre la chaleur intense de l'été. Mais, au fil du temps, ils se sont transformés en oasis miniatures, remplis de fleurs aux couleurs vives, de plantes tropicales, d'agréables petites fontaines, de meubles confortables et de décorations éclectiques.

Toutefois, l'élément central des patios sont les centaines de plantes et de fleurs qui créent des couvertures colorées sur chaque mur et recoin des patios et des maisons auxquelles ils appartiennent.

La majorité des patios dépendent de maisons privées et les patios sont habités, aimés et appréciés toute l'année par leurs propriétaires. Bien sûr, des centaines de plantes et de fleurs nécessitent un grand dévouement et, derrière ces spectaculaires patios, il ne faut pas oublier leurs propriétaires, d’acharnés travailleurs qui consacrent des heures entières à l'entretien de leur joli patio.

Le dévouement des propriétaires aux patios est motivé par leur passion, leur plaisir et leur amour pour les plantes et les fleurs. Bien que la fête des Patios de Cordoue ne dure que deux semaines, les patios sont entretenus toute l'année et, pour les propriétaires, le travail ne se termine jamais. Ils ouvrent généreusement leurs patios pendant la durée des fêtes, afin que les visiteurs du monde entier puissent observer et apprécier leur beauté.

L'Association des Amis des Patios de Cordoue

L'Association des Amis des Patios de Cordoue est composée d'un groupe de membres bénévoles et amoureux de la tradition des patios. Leur objectif est de partager leurs connaissances et leur passion pour les patios avec les visiteurs. L'association a d'ailleurs son propre patio, situé dans le quartier de San Basilio, au numéro 44 de la rue de San Basilio, qui est entretenu par un jardinier à plein temps employé par l'Association elle-même.

Teo Fernandez, directeur de l'Association des Amis des Patios de Cordoue, déclare : « La raison pour laquelle les Cordobeses (habitants de Cordoue) investissent autant de temps et d'énergie dans l’entretien de leur patio est simplement pour l'amour de la tradition et le désir de la maintenir vivante. Nous avons un jardinier à temps plein et, pendant l'été, il peut passer entre trois et quatre heures par nuit à préparer le patio pour les visiteurs. »

Il faut s’occuper de beaucoup de plantes, telles que la célèbre « gitanilla » ou géranium, des fuschias ou « boucles d'oreilles de la reine » comme on les appelle à Cordoue, des plantes carnivores, des œillets, des bougainvilliers, des fraisiers, des hortensias et plus encore. Cette fantastique collection de fleurs a valu à l'Association le premier prix dans la catégorie « Arquitectura antigua » ou « Architecture ancienne » en 2015.

Le Patio de Martín de Roa

La majorité des patios de la ville sont, bien entendu, privés et entretenus par leur propriétaire car ils font partie des maisons des habitants. Très peu de résidents sont des jardiniers formés, mais simplement des familles amoureuses des fleurs, dont la connaissance et la manière de prendre soin des patios ont été transmises de génération en génération.

Il n’est pas rare que les habitants de Cordoue continuent de vivre dans la maison où ils sont nés et, souvent, deux ou trois générations partagent la même maison. Les techniques de jardinage viennent des parents ou des grands-parents et, à leur tour, les connaissances sont transmises aux enfants et aux petits-enfants qui prendront soin du patio dans l'avenir.

Araceli López et ses trois filles s'occupent du patio de Martín de Roa. Araceli dit : « Le travail de l'année se compose de la culture en général et de l'entretien de base des plantes, mais quelques jours avant le début de la compétition en mai, commence la planification. Les pots des plantes et les ornements sont repeints, les plantes qui étaient à l'ombre sont déplacées au soleil et vice et versa et, même si cela n’en a pas l’air, c'est beaucoup de travail. »

« Mes filles et moi passons environ sept ou huit heures par jour à travailler dans le patio, mais pour nous c'est une tradition, ma grand-mère a eu des fleurs dans toutes ses maisons et ma mère aussi. Hier, par exemple, lorsque je suis allée pour mettre en pot des plantes, mon petit-fils s'est assis à côté de moi et a commencé à jouer avec la terre et m'a dit « bien, je vais aussi mettre en pot des plantes » : c'est une tradition familiale. »

Le Patio de Céspedes

Lors d’une journée normale pendant la fête des Patios, les propriétaires doivent prendre soin de leur patio en dehors des heures de visite. Rosario Torrealba du patio de Céspedes explique : « Nous ne nous occupons pas seulement de notre patio pour la fête en mai, mais nous le faisons pour nous. Le fait que nous ayons ce beau patio prêt à être vu en permanence nous pousse à ouvrir nos portes aux personnes qui visitent la ville pour la fête, afin qu'ils puissent en profiter, de même que nous l'apprécions toute l'année. »

« Les jours où je dois m'occuper du patio, je descends de la maison, j’enlève les feuilles mortes ou les fleurs sèches, j’arrose toutes les plantes qui en ont besoin et j'ajoute du compost frais ou de l'engrais si nécessaire. Il n’est pas utile de le faire tous les jours, sinon lorsque chaque plante l'exige. »

« Pendant la fête, nous ouvrons nos portes de 11h à 14h et de 18h à 22h. Nous devons faire un peu vite parce qu’il faut tout préparer dans le patio, tout en nous occupant aussi des tâches de la maison, ainsi que de la préparation de nos repas. Je reste dans le patio depuis l’ouverture jusqu'à ce qu’à la fermeture des portes à 14h, ensuite je peux manger et me détendre jusqu'à 18h. »

Rosario habite et partage la responsabilité de sa maison et de son patio avec son frère. Elle nous raconte : « Les plantes, tout comme les animaux domestiques, sont des créatures très reconnaissantes. Elles sont reconnaissantes pour les soins que vous leur donnez et vous remercient en vous donnant leurs fleurs et cela me détend. Ou c'est le vert qui me détend, je ne suis pas sûre. Je n'ai pas de fleur préférée, pour être honnête, j'aime toutes les fleurs. »

Si vous souhaitez visiter cette merveilleuse ville et connaître ses habitants et ses traditions, n'hésitez pas à réserver une maison de vacances à Cordoue, afin de pouvoir vous immerger dans cette culture qui vous séduira à coup sûr.

 

Un remerciement spécial à Teo Fernandez et Rafa Porras de l'Association des Amis des Patios de Cordoue, ainsi qu’à Araceli López et à Rosario Torrealba pour leur collaboration pour cet article.

Partager l'article

Commentaires